Faire un potager augmente vos vibrations !

Faire un potager augmente nos vibrations  au moins 2 fois voir 3 fois plus !
la première est quand on jardine, cela détend, on se concentre sur ce que l’on fait on peut même méditer, en plantant ou en arrosant ses légumes.
La seconde est quand on mange les légumes qui sont plus nutritifs et ont un taux vibratoire beaucoup plus élevé : ils sont élevés avec amour, je ne manque pas de les remercier au moment de la récolte, ils ne sont manipulés que par moi ( et non par des gens ayant de basses vibrations), ils ne subissent ni transport, ni frigo pendant des jours…

Je rajouterais que la 3me fois où le potager augmente vos vibrations c’est quand vous vous reposez sur votre transat en regardant pousser vos légumes ! lol

Pourquoi la permaculture ? le but de la permaculture est d’imiter au plus la nature. Si la nature avait voulu que la terre soit retournée elle aurait prévue un système de retournement automatique !
 Avant de me lancer j’ai lu toute une étude là dessus qui expliquait en gros que chaque couche de terre comporte les vers, les insectes, les micro organismes qui lui faut à ce stade là et pas à un autre.
D’ailleurs en tentant de faire du lombri compostage j’ai appris qu’il y a diverses sortes de vers, chacun a son rôle, certains sont en surface d’autres plus profond… bref en retournant la terre on casse tout l’écosystème.

D’autre part, dans la nature vous ne verrez jamais une rangée de telle plante et rien d’autre autour. Chaque plante arrive à trouver sa place. Eliminer à tout prix les « mauvaises herbes » est un tord.
Car premièrement il y a très peu de « mauvaises » herbes, beaucoup sont soit utiles au potager, soit comestibles par exemple dans mon jardin il y a naturellement de l’ortie qui est comestible, mais aussi sert d’engrais, il y a du lamier comestible, de l’oseille comestible, de la mauve comestible et médicinale, du plantain médicinal…
j’en ai rapatrié mais il peut y en avoir naturellement dans le jardin :l’achillée millefeuille, le milleperthuis, la reine des près, la bourrache etc… tout cela pousse naturellement, ce sont de trés bonne plantes médicinales. Malheureusement dans ma région qui est très agricole les agriculteurs ont éliminé des espèces entières de plantes pourtant bien utiles.

Quand on veut faire pousser des légumes le but n’est donc pas d’éliminer toutes les herbes mais d’occuper le plus l’espace possible pour limiter l’envahissement, on n’intervient que si vraiment une herbe prend le dessus sur un légume mais sinon il suffit de la couper à certains endroits pour limiter sa hauteur et les graines.

De plus le mélange des variétés de légumes fait que les prédateurs ont beaucoup plus de mal à les attaquer, par exemple je vois que les choux qui sont sur la dernière butte où les haricots sont encore petits, sont beaucoup plus attaqué que sur les autres buttes où les choux sont pratiquement sous les haricots, pas vu, pas pris ah ah !

La technique consiste donc à imiter l’humus qu’il y a dans la nature en faisant des couches : bois, feuilles, paille, légumes/fruits décomposés mais là on ne met que les épluchures lol et ainsi de suite.

Il faut bien retenir ceci, pour qu’il y ait un bon compost il faut alterner la matière verte, cela peut être de la tonte, des épluchures, mais aussi des coquilles d’oeufs en poudre, du marc de café, des sachets de thé. Et une couche de matière dite sèche, cela peut être des feuilles sèches, du bois , de la paille, du carton, du papier… Et des vers et certains micro organismes présent dans la terre

Attention : qu’il faut plusieurs année au bois pour se décomposer, on mets les plus gros morceaux en premier plus le plus fin par dessus.

La permaculture se fait donc sur sol sans qu’il soit retourné et non hors sol. Dans certains cas si vous voulez faire de la culture en milieu urbain, dans une jardinière, sur un balcon ou une terrasse ou un toit. La solution sera d’utiliser un compost tout fait, ou de faire du lombric compostage. (cela est parfaitement possible même dans la maison car cotrairement aux idée reçue cela ne sent pas du tout s’il est fait correctement)

Vous ne pouvez pas faire, comme le fait mon voisin, de la culture hors sol et rajouter de la matière organique comme cité ci-dessus, ou pire du fumier ou crotin de cheval, dans un bac hors sol, car il vous manque l’élément essentiel : les vers et les micro-organismes qui vont digérer vos matières et les transformer en bon compost. Au lieu de cela ce qu’il va se passer c’est que les matières vont pourrir et dégager des nitrates que vos plantes vont absorber et que vous allez ensuite absorber vous même.

C’est ce qui se passe à grande échelle, car l’agriculture actuelle utilise tellement de pesticides que les champs n’ont plus de vers, et comme il y a un élevage intensif d’animaux notament de cochons, les déjections comme le lisier sont déversé dans les champs, seulement comme il n’y a plus ce qu’il faut dans la terre pour qu’il y ait une bonne décomposition, cela se transforme en nitrate qui sont ensuite par les pluies envoyés dans les nappes phréatiques et les court d’eaux et que l’on retrouve dans l’eau qu’on boit. Bon c’est fini pour la leçon de chose revenons à la permaculture qui justement est l’opposé de cela.

Comment commencer ?

Pour commencer il vous faut définir un emplacement, et cela dépend des régions dans le sud un emplacement mi ombre est préférable, dans le nord un emplacement au soleil est préférable, mais dans une région pluvieuse une serre ou un chassis est un bon investissement. Si vous ne savez pas le mieux est de regarder comment ont fait vos voisins.

La permaculture consiste donc à empiler des couches de matière verte et de matière sèche en commençant par les composant les plus gros en bas et les plus fins en haut et de les laisser se décomposer. On commence toujours par un carton que l’on humidifie bien car il va limiter les herbes et attirer les vers qui adorent le carton! faites attention a la colle, agraphes, etiquette qu’il faut enlever des cartons. Ensuite il faut maintenir une certaine humidité, ou dans certains cas limiter l’humidité dans les régions pluvieuse. Il faut donc attendre plusieurs mois. pour commencer à avoir du bon compost.

Mais comme attendre ne vous arrange sans doute pas, ce que vous pouvez faire c’est soit vos couches par dessus lesquelles vous allez rajouter une bonne couche de compost acheté, soit commencer directement dans du compost.
Ceci dit sur une grande surface cela ne sera pas possible car ca reviendrait trop cher en compost, dans ce cas il faut préparer son sol au moins un an à l’avance.
Mais il est fortement conseillé de commencer sur une petite parcelle ou dans des carrés potager.

Mon premier carré était composé principalement de tonte verte, de tonte sèche, et de feuilles et humus que je suis allée ramassé en forêt

J’avais ensuite mis une bonne couche de terreau, que je suis en train de mettre sur cette photo

J’ai bien humidifé et tenu humide et j’ai ensuite semé un mélange de graines , je précise que c’était fin aout le 29 exactement, donc pas du tout en saison !

Vers le 18 octobre je commençais ma récolte de chou kale et moutarde :

Ensuite en hiver dès que certains endroits se libèrent je rajoute ma poubelle verte composée des épluchures de légumes et fruits, de marc de café, coquille d’oeuf (mixé finement), et de carton ou papier car il faut toujours de la matière sèche (carbonnée) pour que ça se composte bien, donc au fur et a mesure je fais mes petites couches dans ma poubelle de cuisine en rajoutant du sopalin, des rouleaux de papier toilette, et du carton en petit morceau par dessus mes épluchures. une fois la poubelle pleine je vais la vider à un endroit du potager, en l’enfouissant sous le compost.

Les graines

Le but de la permaculture étant d’imiter la nature, il faut bien entendu des graines reproductibles, il n’est pas nécessaire d’acheter des graines bio car le bio dépend du mode de culture mais par contre il est important d’acheter des graines non F1 (car modifiées génétiquement) et reproductibles ce qui n’est pas le cas des f1 qui donnent des graines mais stériles. Il faut donc en général ne pas acheter les graines en grande surface, ou jardinerie. Mais plusieurs sites de graines font des graines reproductibles, comme kopopelli, la ferme sainte marthe et d’autres, c’est de toutes les façons précisé. On peut aussi faire des échanges de graines mais il faut se méfier et être bien sur que ce sont des graines reproductibles. les sachets de graines sont plus cher au départ mais vous les avez à vie !

Le but est de permettre la multiplication naturelle et donc de laisser un plan ou deux venir en graines, on peut soit les disperser directement ou les récupérer pour des échanges ou les semis prochains, cela est recommandé dans les régions pluvieuses. Ainsi au final vous n’avez plus grand chose à faire au bout de quelques années vous verrez au printemps que les pousses viennent toutes seules. Il faut bien faire attention quand vous mettez vos poubelles verte de bien soulever le compost existant en évitant de chambouler le dessus, car des graines trop petites qui se retrouveraient dessous ne pourraient pas pousser.

Comme je l’ai dit il faut imiter la nature, comme elle était à l’origine, c’est à dire avec un mélange de légumes, de fleurs, de graminées, et d’aromatique.
Pour les légumes, je mélange un peu de tout, en dehors des courges et courgettes qui sont coureuses et ont un emplacement précis. et des poireaux qui sont a semer en bac jusqu’à ce qu’ils atteigne la taille d’un crayon car sinonon les confond avec l’herbe et on risque de les enlever. Pour les fleurs autant favoriser les fleurs utiles qui éloignent les insectes comme l’oeillet d’indes, le soucis, la bourrache qui attire les pollinisateurs, mais attention car elle devient trés grande. la capucine qui attire les pucerons. Toutes les plantes dites aromatiques sont des répulsifs principalement contre les limaces.

Sepp Holzer qui est un des pionniers de la permaculture, a lui retourné la terre une seule fois et a semé un mélange de graines, il a créé des planches sur une montagne et a encemensé ainsi toute la montagne qui produit maintenant non stop des légumes à volonté, vous trouverez des vidéos sur internet c’est trés intéressant. Voici son mélange de graines à titre indicatif car on ne peut pas mettre tout cela dans un carré potager, une jardinière ou un petit jardin.

Le mélange des graines de sepp holzer :

Pommes de terre à partir de semences, radis, betteraves, seigle russe vivace, pavot, lupin, marguerites, citrouilles, salades, et notamment roquette, maïs, plantes aromatiques, Digitalis purpurea (digitale pourpre) à côté de plantes fruitières, mauvaises herbes »(anthrisque sauvage (Anthriscus sylvestris) ou cerfeuil des bois, ortie), menthe, maïs noir, épinards sauvages, seigle russe vivaces, chicorée, gentiane, luzerne, Mélilot, vesces, pois, Lupins, Tournesols, Topinambour, Rutabaga, Navet, fèves, Trèfles (Trifolium pratense, subterraneum, hybridum, repens, incarnatum, resupinatum, alexandrinum ; Anthyllis vulneraria, Lotus corniculatus …), Serradelle (Ornithopus sativus), sainfoin (Onobrychis Onobrychis), Colza (Brassica napus), Sarrasin, Phacélie tanacetifolia, Chicorée, Bleuets, armoise, Inula, Arnica, Calendula, Angelica des jardins, Marrube commun, Guimauve, Consoude, livèche, ou ache des montagnes, Armoise, Molène, Ononis spinosa ou Bugrane épineuse, Menthe poivrée, Potentilla, Agripaume, Valériane, Hypericum perforatum (millepertuis), Achillée millefeuille, carottes, prêle.

Vous pouvez faire de la permaculture partout, dans une jardinière sur le bord d’une fenetre, il y a des légumes adaptés comme la laitue tom pouce ( première photo de la page) la tomate minibel qui est un plan qui reste nain, les radis, les oeillets d’indes, les épinards, les moutardes aussi poussent facilement. Dans un bac sur un balcon ou une terrasse. dans des carrés potager dans un petit jardin, ou sous une serre ou ensemencer tout un champs ou une colline !

Je pense que vous avez les bases maintenant : compost, graines reproductibles, mélangées et semis denses pour limiter les autres herbes, cependant si certains légumes semblent à l’étroit on les déplace. mais il ne faut pas éclaircir trop tôt, comme dans la nature il y a beaucoup de graines, mais il y a aussi de la perte.

Jardiner permet d’élever nos vibrations et de nous tenir en forme, il n’y a rien de tel qu’un légume qui a poussé tout seul sans pesticide ou engrais mais avec amour !

suivez, aimez, partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
38 ⁄ 19 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation